Votre Potentiel Femmes.

Votre Potentiel femmes est un blog créé dans le but d'encourager les femmes intuitives, créatives et audacieuses pour toujours faire mieux !
Suivez-nous
votrepotentiel.femmes@gmail.com
Back to top

2 Histoires de femmes pendant la 2nde guerre mondiale

Je vous invite à réécouter sur France Inter, 2 belles histoires de femmes pendant la 2nde guerre mondiale.

Vous qui êtes des  héroïnes du quotidien, cliquez (sur les titres) pour  découvrir ces deux personnages de femmes  réellement courageuses et surprenantes.

Chaque portrait dure 30 minutes et peu donc facilement (ou pas) se caser sur un temps de barbotage dans votre bain, de farniente en terrasse, d’après-sieste, de grasse matinée…

 Noreen Riols, membre du SOE britannique pendant la Seconde Guerre mondiale

En 1943, à 17 ans, elle s’engage dans le SOE (Special Operation Executive), le service secret britannique créé par Winston Churchill en 1940 afin de soutenir les divers mouvements de résistance en Europe. Elle s’occupe de la formation des agents d’infiltration envoyés en France.

« Le lait de la tendresse humaine »

De Dominique Cabrera,  sorti en 2001

le lait de la tendresse humaine

 

Avec Dominique Blanc, Marilyne Canto, Patrick Bruel

Ceci est le premier bienfait collatéral du défi Patrick Bruel : en effet, c’est en regardant la filmographie de PB, que j’ai eu très envie de vous parler de ce film…

 

 

C’est un film coup de poing, que j’avais vu en salle lors de sa sortie, et que je viens de revoir pour vous en parler.

Nous vivons une époque formidable :

il est en effet possible de retrouver un film que l’on a aimé et qui nous a bouleversé des années auparavant et de le visionner à nouveau même s’il n’est (apparemment) plus possible de l’acheter. C’est la magie de la VOD !

C’est la raison pour laquelle j’ai mis un lien sur l’image du film qui est cliquable et qui vous dira comment le louer en VOD. C’était donc les aspects pratiques.

C’est  un film coup de poing sur un baby blues,

qui vous prendra aux tripes : j’espère que comme moi, vous serez bouleversées,  effrayées, que  vous comprendrez la détresse de cette mère,  mais qu’également vous vous sentirez comprises pour les fois où votre mise en œuvre de la maternité n’a pas été un long fleuve tranquille…

Notons, les prestations des deux personnages principaux :

  • Christelle (la mère) jouée par Maryline Canto
  • et Claire jouée par Dominique Blanc qui est époustouflante de compréhension, de tendresse, de bienveillance pour cette autre femme, sa voisine, qu’elle n’a fait que croiser et qu’elle aide sans réserve malgré les sentiments que cette situation réveille en elle.

C’est un film d’utilité publique, à visionner par toutes les femmes comme un rituel de passage lors de leur majorité (ou disons vers 20 à 22 ans) :

  •  pour que nous soyons toutes en mesure collectivement de changer le regard sur la maternité,
  • d’avoir une attitude  de clairvoyance,
  • une écoute attentive,
  • pour endosser le rôle de sentinelles,
  • pour voir et orienter les  femmes qui vivent ces grands moments de souffrance,
  • afin de contribuer à sauver la mère et l’enfant !

Je terminerai en citant une réplique de chacune des personnages :

  • Christelle (en pleine déprime) : “les femmes, c’est du mou de veau
  • Claire : “il y a plein de mamans qui ont peur de ne pas y arriver

N’hésitez pas à me joindre sur Twitter: @ElodieSancier et merci de liker et partager sur facebook (barre latérale du blog). 

« Nous sommes tous des féministes »

Nous sommes tous des féministes

Folio

suivi des Marieuses,  de Chimamanda Ngozi         Adichie

J’ai commencé par la nouvelle (37 pages)  pour faire connaissance parce que certaines féministes (il faut bien le reconnaitre) sont illisibles…

Cette nouvelle raconte l’arrivée aux Etats Unis d’une  nigériane après un mariage arrangé.

Avec un style très personnel, dynamique, enjoué et une écriture fluide, l’auteure nous fait partager les premiers moments de vie américaine  de Chinaza

(à qui son  mari impose d’utiliser dorénavant son prénom anglais : Agatha).

Chinaza-Agatha semble aller de déconvenues en déconvenues :