Votre Potentiel Femmes.

Votre Potentiel femmes est un blog créé dans le but d'encourager les femmes intuitives, créatives et audacieuses pour toujours faire mieux !
Suivez-nous
votrepotentiel.femmes@gmail.com
Back to top

Ma chère belle-mère…

Quelques éléments de réflexion à l’usage de la relation belle-mère/belle-fille

 

Le personnage de la belle-mère est pensé à travers un stéréotype qui prend sa source dans un certain nombre de malentendus et souffrances quotidiens à la fois vécus, et intériorisés dans un imaginaire collectif très fort.

Ce personnage se retrouve d’ailleurs dans les contes de fées mais sous la forme légèrement différente de la marâtre, c’est-à-dire de la nouvelle femme du père, et non de la mère du conjoint.

Néanmoins, tout ceci est imbriqué dans nos têtes, nous avons tendance à penser que toute autre femme que notre mère qui occuperai une fonction maternelle serait forcément suspecte ; ou disons le autrement : c’est déjà assez compliqué d’avoir une mère, donc nous ne pouvons pas en supporter une seconde ou en tout cas nous ne pouvons pas supporter une autre femme qui se comporte comme une mère et qui nous a été imposée alors que nous ne voulions que le fils…

Dans tous les cas, les psychanalystes considèrent que le personnage de la marâtre a été inventé dans les contes de fées pour symboliser les mauvaises mères que nous n’osons pas nommer ainsi.

C’est bon à savoir pour les belles mères : vous êtes suspectées mais c’est parfois parce que nous ne pouvons pas supporter de nous positionner par rapport à notre mère.

Belle mère

Notons également que des relations parfois distantes mais cordiales avec une belle mère se transforment en enfer à la naissance du premier enfant : la femme devient mère, le plus souvent elle a une mère et son conjoint en a une, cela en fait trop !

Mais n’oublions pas que nous serons bien souvent des belles mères à notre tour…

Le pire étant bien sûr d’être la belle-mère d’une belle-fille car la rivalité de mère est bien là, il apparait que la relation belle-mère/gendre soit le plus souvent paisible (car il n’y a pas une mère de trop car le gendre est père). J’espère que vous suivez…

Donc, nous allons vieillir et si nous avons un fils, risquer d’être la belle-mère d’une belle-fille, alors on fait quoi ?

Si on essayait de travailler à avoir des relations plus apaisées, et plus équilibrées avec notre belle-mère afin de préparer le futur …

Nous avons quand même des responsabilités, cela dépend aussi de nous, nous pouvons y réfléchir, comme il est essentiel de réfléchir à l’éducation que nous donnons maintenant à nos fils qui seront les hommes de demain…

D’ailleurs, j’ai entendu quelque part cette recommandation : traitez  votre belle mère comme avec votre meilleure amie.

Cela veut dire quoi ? Sauter de joie lorsqu’elle annonce sa venue, adorer lui parler au téléphone, l’appeler pour lui raconter l’achat d’une nouvelle jupe ? Moi je veux bien, mais il faudrait alors qu’elle se comporte comme ma meilleure amie : jamais de remarques mesquines, toujours de mon côté, compréhensive, jamais dans le jugement, toujours en train de me valoriser, ne cherchant pas à nous donner des conseils complètement obsolètes. Ou là là ! Et ben, il y a du BOULOT, les filles…

Le plan A étant peu réaliste, on va donc passer au plan B :

  • pourquoi pas traiter au départ notre belle mère comme une amie très chère,
  • en restant sur nos gardes et en la maintenant à distance en cas de mauvais comportement de sa part,
  • sans hésiter à lui expliquer calmement notre avis : “Désolé, Odette, mais ce week-end, nous ne pouvons pas vous recevoir car nous avons prévu de faire des courses samedi et de buller au lit tout dimanche (en collant les gosses devant la télé ou en les refilant à des copains). On a eu une semaine de fou et on a besoin de se voir tous les deux”.

grasse matinée

  • C’est une chose qu’on peut dire à des copains mais qu’on s’interdit de dire à des beaux parents par respect de la famille mais la contrainte amène le ressentiment, le ressentiment amène la mauvaise humeur, la mauvaise humeur amène la réflexion (on n’est pas venu depuis deux mois et elle n’était pas vraiment charmante…).
  • Il vaudrait mieux parfois prendre calmement (et courageusement) une position que de se retrouver dans des relations certes familiales mais insatisfaisantes…
  • Ou encore mieux,  si vous passiez sur votre fierté (et le “je préfère ne rien lui demander”) tout aussi sereinement et si vous demandiez de l’aide pour que les beaux parents s’occupent des enfants (après tout, c’est leur grande joie) : “super Odette, venez le week-end prochain,  comme cela on vous laissera les enfants pendant que nous ferons les courses et pourrez vous s’il vous plait les sortir tout dimanche car on a besoin de se retrouver au calme tous les deux ?
  • C’est-y pas intelligent, mature, raisonnable, et responsable tout ça ! 
  • Je ne reviendrai pas sur le fait que votre cher et tendre, qui n’a pas envie de passer son dimanche à table, ne se risquera pas à le dire à ses parents, en raison de l’amour, de la loyauté qu’il éprouve pour eux, du sentiment qu’il a d’être redevable à ses parents (ils nous ont payé un canapé à Noël !) et aussi… en raison de son manque de courage… pour des choses du quotidien qui l’ennuient ou pour des relations intra-familiales pour lesquelles il pense n’avoir aucun intérêt ou talent, ceci est une autre histoire…

Mettez ces conseils en pratique, faites votre propre expérience et bonne nouvelle : vous allez acquérir 3 nouvelles compétences qui seront transférables et réutilisables tout au long de votre vie :  la capacité à se positionner, à négocier en respectant l’autre et  à résister au stress !

Oui, mais quand même !

Malgré tout le recul que j’ai essayé de prendre et de partager avec vous, il va surement encore m’arriver de casser du sucre sur le dos des belles mères, ce n’est pas tant que c’est facile, c’est surtout que c’est évident.

Je demande donc pardon d’avance à toutes les belles mères qui me liront et je leur garantie que cela ne s’applique pas à elles personnellement. Ce sont les autres !

Crédits photo : Stéfan, Adrien Millet.

Elodie Sancier

votrepotentiel.femmes@gmail.com

Créatrice du site votrepotentiel-femmes.com pour les femmes intuitives, créatives et audacieuses qui sont déterminées à avoir plus de confiance en elles, à atteindre leur autonomie financière et retrouver l’équilibre entre leur vie privée et professionnelle.

No Comments

Leave a Reply